Assurance-Vie : les épargnants ont versé davantage en unités de compte en février, au plus mauvais moment
©stock.adobe.com

Assurance-Vie : les épargnants ont versé davantage en unités de compte en février, au plus mauvais moment

Pas de chance ! Les épargnants ont versé massivement en unités de compte, à près de 40% sur le mois de février, juste avant le krach boursier. Pas de moins de 4,4 milliards d’euros versés... Mais rien de dramatique.

Publié le , mis à jour le

Le marché français de l’Assurance Vie a enregistré en février une collecte nette de 1,4 milliard d’euros, divisée par plus de deux par rapport au même mois de 2019, selon des chiffres provisoires publiés mardi par la Fédération française de l’assurance.

Assurance-vie : une collecte nette en demi-teinte

En février 2019, la collecte nette avait représenté 3,1 milliards d’euros, selon ces chiffres. Le mois dernier, les sommes versées par les épargnants sur leur assurance vie ont atteint un peu plus de 11 milliards d’euros, contre près de 12,5 milliards en 2019, quand les sommes retirées ont légèrement augmenté à9,7 milliards, contre 9,3 milliard un an plus tôt. C’est pourquoi la collecte nette s’élève à 1,4 milliard environ, ce qui porte à 2,2 milliards le montant de la collecte nette au cours des deux premiers mois de l’année. Ce résultat est inférieur aux 5,3 milliards moissonnés sur la même période en 2019.

Dans le détail, depuis le début de l’année, le montant cumulé des cotisations collectées par les sociétés d’assurance représentait fin février 23,2 milliards d’euros .

La plupart des compagnies sont sévèrement pénalisées par l’environnement de taux très bas, voire négatifs, qui complique leur tâche de faire fructifier l’épargne et les primes d’assurance versées par leurs clients. Cet environnement est particulièrement pénalisant pour les contrats d’assurance vie en"euros", ces placements dont le capital et les intérêts ont pour particularité d’être garantis quelle que soit l’évolution de la conjoncture. Dans ce contexte, beaucoup de compagnies ont annoncé l’an dernier une baisse drastique des taux servis par leurs contrats en euros et elles tentent désormais de donner la priorité aux investissements en "unités de compte" (UC), dont le capital n’est pas garanti, mais qui se révèlent potentiellement plus rémunérateurs pour les clients.

Versements sur les unités de compte

Les versements sur les supports unités de compte ont ainsi représenté 8,4 milliards d’euros sur la période janvier-février, soit 36 % des cotisations. Sur la même période un an plus tôt, cette part n’avait représenté que 23% des cotisations. En janvier-février, les sommes reversées par les sociétés d’assurance à leurs clients se sont élevées à 21 milliards d’euros (19,9 milliards d’euros sur la même période en 2019). L’encours des contrats d’assurance vie s’élevait fin février à 1.776 milliards d’euros, en progression de 3% sur un an.

Fort heureusement pour les épargnants, une bonne partie des versements effectués sur les unités de compte sont à destination des SCPI et autres SCI. Dans un moindre mal les versements effectués également sur les OPCI ne seront pas massacrés comme le reste des unités de compte, subissant de plein fouet le krach boursier lié à la pandémie covid-19.

A lire également