Bourse : le dopage monétaire se poursuit, sur fonds de bulles. Le sevrage risque d'être délicat.

Bulles boursières ©fotolia.fr

Bourse : le dopage monétaire se poursuit, sur fonds de bulles. Le sevrage risque d’être délicat.

Ne cherchez pas le rationnel dans les cotations boursières. Alors que l’Allemagne va afficher une récession économique technique, les banques centrales continuent de jouer avec le feu en enfonçant le clou avec des taux directeurs totalement ubuesques. Sur ces bonnes nouvelles d’injections monétaires massives, le CAC 40 bat son record annuel. La folle fuite en avant se poursuit. Le réveil risque d’être sanglant.

Publié le

La Bourse de Paris sur un nouveau plus haut en clôture après la BCE

L’indice CAC 40 a gagné 12,60 points pour terminer à 5.655,46 points, dans un volume d’échanges moyen de 3,59 milliards d’euros. La veille, il avait fini en hausse de 0,44%. Au cours de la semaine écoulée, l’indice a pris 0,92%. Il affiche une hausse de 19,55% depuis le 1er janvier.

La cote parisienne est restée près de l’équilibre une partie de la matinée, frôlantaussi son plus haut niveau annuel en séance. "Les valeurs en retard bénéficient d’une rotation dans un marché qui revient sur des plus hauts annuels", observe Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, interrogé par l’AFP. Néanmoins, "il n’y a pas assez de catalyseur pour aller au-delà" des niveaux actuels, estime le spécialiste.

Non seulement "les statistiques américaines n’ont eu aucun impact sur le marché" mais les gestes de bonne volonté émanant de la Chine et des Etats-Unis pour apaiser leur différend commercial ne sont "pas assez forts pour pousser les marchés" davantage, détaille l’expert.

Pékin a annoncé vendredi une série d’exemptions de surtaxes douanières s’appliquant cette fois à certains produits agricoles américains - chers à Donald Trump - à l’approche de nouveaux pourparlers commerciaux en octobre à Washington. Donald Trump a indiqué jeudi qu’il n’excluait pas de signer un accord commercial provisoire avec la Chine, tout en affirmant qu’un accord global restait sa priorité.

ArcelorMittal en tête du CAC 40

Valeur sensible à la guerre commerciale, ArcelorMittal a bénéficié des efforts d’apaisement côté chinois et américains. Le secteur bancaire a été bien orienté après les mesures annoncées par la BCE pour pondérer les effets néfastes des taux négatifs. Crédit Agricole a gagné 2,96% à 11,49 euros, BNP Paribas 2,53% à 45,36 euros et Société Générale 1,68% à 25,99 euros. Parmi les valeurs dites "de qualité", Pernod Ricard a cédé 2,46% à 164,45, à l’instar de L’Oréal (-2,16% à 244,40) ou encore Danone (-1,66% à 79,50 euros). En revanche, les valeurs automobiles ont connu un effet de rattrapage (+2,95% à 58 euros pour Renault et +1,60% à 24,06 euros pour Peugeot).

A lire également