Épargne : les taux des placements commencent à remonter en Europe, très lentement, mais pas encore en France !

Raisin, la spécialiste de l’épargne en Europe, annonce une relative bonne nouvelle pour les épargnants. Les taux des placements commencent à frétiller en Europe. L’inflation fait évidemment son effet, mais toujours pas sur les placements en France, pour le moment.

© stock.adobe.com

Publié le

Dans son baromètre mensuel de l’épargne en Europe, Raisin, constate un changement de comportement des épargnants-consommateurs et une hausse timorée des taux de rendement offerts par certaines banques. La France fait encore toutefois exception sur ce dernier, pour combien de temps ?

Plus de dépenses que d’épargne

Pour la première fois en 2 ans, les Européens ont dépensé plus qu’ils n’ont épargné, les banques l’ont-elles remarqué ? Alors que la Banque Centrale Européenne (BCE) se préoccupe de l’inflation et de si l’offre satisfera la demande, tant pour les biens que pour la main d’œuvre, les taux d’intérêt ont peut-être finalement cessé de diminuer. Quelle peut être l’explication ? Il est trop tôt pour l’affirmer avec certitude, mais il convient de signaler qu’à travers l’Europe, les dépôts des ménages ont connu une baisse nette de 10,35 milliards d’euros entre juillet et août, selon la BCE. Aussi, la tendance baissière des taux de rémunération des produits d’épargne bancaire offerts aux particuliers s’est ralentie.

Taux de rendements des placements en hausse

Dans certains marchés européens, dont l’Allemagne, les taux de rendement offerts par les banques ont même augmenté. Emmanuel Rodriguez, Directeur Général de Raisin DS France, évoque le renversement de la tendance récente de l’épargne en Europe : « Pour la première fois en 2 ans, les données de la BCE soulignent que les Européens ont dépensé plus qu’ils n’ont épargné - beaucoup plus. Les flux d’épargne nets ont révélé que l’argent a quitté les comptes bancaires des particuliers dans toutes les grandes économies européennes, seules la France et l’Italie font exception. Cependant, au sein de ces deux marchés, les données de la BCE montrent que les flux d’épargne ont été inférieurs de 95% et 49% respectivement à ceux du mois précédent. Compte tenu de l’augmentation des taux de vaccination, du calendrier estival de l’été et des inquiétudes suscitées par la hausse des prix, on peut se demander si l’épargnant-consommateur ne privilégie pas la consommation à l’épargne. ».

Bonne nouvelle pour les déposants de toute l’Europe : les meilleurs taux d’intérêt sont à la hausse

Les meilleures offres de taux d’intérêt ont augmenté au Royaume-Uni, en Suède, en Norvège, en Belgique, en Allemagne, en Autriche et en Pologne. Ci-dessous, nous présentons les moyennes des trois meilleurs taux disponibles pour les dépôts à 1 an sur chaque marché. Cependant, les plus grandes banques de ces marchés quant à elles n’ont pas amélioré leurs offres de dépôts à 1 an qui restent inchangés. En Allemagne, en Espagne, aux Pays-Bas et en Pologne, il n’y a tout simplement pas de produits de ce type actuellement disponibles. La Norvège fait figure d’exception, les taux des grandes banques norvégiennes ont légèrement augmenté.

Etude des taux des placements proposés aux particuliers dans les pays européens (c) Raisin


Le Royaume-Uni, l’Italie et les pays scandinaves sont les marchés où les écarts entre les taux d’intérêt des grandes banques et les meilleurs taux disponibles sont les plus marqués. L’Allemagne n’est pas loin derrière, avec plus d’un demi-pour cent de différence entre ce que les déposants des trois plus grandes banques peuvent percevoir (c’est a dire rien, il n’y a pas de dépôts, ou dans certains cas même des intérêts négatifs) et les meilleures offres du marché à 0,633% en moyenne. Pour les Pays-Bas, l’Irlande et l’Espagne, il existe une opportunité de pénétration pour tout nouveaux venus qui serait à la recherche de diversification et d’un financement de source retail stable car toutes les grandes banques domestiques offrent des taux très bas voir même nul. Les épargnants pourraient être tentés par de nouvelles offres. Quant au marché français, il n’y a eu aucun changement pour le troisième mois consécutif, que ce soit de la part des banques domestiques ou des banques étrangères ou plus spécialisées.

Dépôts à court ou à long terme ? Des tendances à la hausse

Ce mois-ci, la majorité des taux d’intérêt à 1 an sont restés stables ou ont augmenté, avec pour exception l’Espagne et la France. Au Royaume-Uni, en Suède, en Allemagne et en Pologne, les consommateurs ont désormais le choix avec des taux d’intérêt plus élevés que le mois dernier pour les catégories les plus prisées, les taux à 1 an et à 3 ans.
L’écart entre les taux d’intérêt à court et à long terme est resté faible, alors que les Pays-Bas, la France, l’Italie et la Scandinavie offrent des rendements à moyen/long terme plus élevés. Il est possible d’obtenir des rendements significatifs en optant pour des dépôts à long terme. Les déposants qui peuvent accéder aux offres des banques de Scandinavie, d’Italie et du Royaume-Uni, ont la possibilité d’atténuer les effets néfastes de l’inflation sur leur pouvoir d’achat. Dans ces pays, les meilleurs taux d’intérêt sur les dépôts à terme à 1 an sont supérieurs à 1%. Pour les épargnants-consommateurs prêts à investir une partie de leurs économies à moyen terme (exemple 3 ans), ils peuvent obtenir des taux proches ou même supérieurs à 1,5%. Les banques européennes qui peuvent accéder aux marchés espagnol, hollandais, irlandais ou allemand (ou l’épargne bancaire sous forme de compte à terme est privilégiée) seront en mesure de concurrencer les banques domestiques sans avoir à offrir une prime élevée pour collecter des fonds auprès de la clientèle retail locale.
Emmanuel Rodriguez, directeur générale de Raisin DS France, commente les nouvelles données de la BCE sur les flux d’épargne et ce qu’elles pourraient indiquer pour les banques et leur stratégie de gestion de trésorerie à l’avenir : « D’après les nouvelles données de la BCE, nous pouvons constater que les Européens ont cessé d’épargner en août et ont commencé à dépenser davantage grâce à une confiance retrouvée. Avec plus d’emplois que de travailleurs, les individus sont également dans la position la plus forte qu’ils aient jamais été pour négocier de meilleures conditions de travail ou de salaires. La banque centrale a d’ailleurs exprimé ses inquiétudes concernant la possibilité que les augmentations de salaires contribuent à une hausse de l’inflation. Aussi, la création d’emplois favorise la croissance économique, ce qui renforcera davantage cette confiance retrouvée chez le consommateur européen. Ce qui pourrait les amener à privilégier encore plus les dépenses à l’épargne. D’autant plus, si ces derniers cherchent à se prémunir des effets néfastes de l’inflation en anticipant la hausse des prix des biens recherchés. Cette situation pourrait à son tour inciter les banques à augmenter les taux de rendements sur les produits d’épargne bancaire afin d’éviter une détérioration de leurs ratios de liquidités à l’avenir. Cependant, il est encore tôt pour se prononcer, elles bénéficient actuellement d’une situation de financement et de liquidités plus que confortable. La France a le taux d’inflation le plus bas des cinq plus grandes économies de l’UE, actuellement proche de l’objectif de la BCE a 2,1%, mais elle pourrait être susceptible de connaître les mêmes tendances que ses voisins dans les prochaines semaines. »

Avis

Une remarque, un témoignage, une question ?

À lire également

SCPI Cœur de Régions (Sogenial Immobilier) : nouvelle acquisition à Saint-Herblain (44)

La SCPI Cœur de Régions acquiert auprès d’un privé un immeuble de bureaux d’une surface de 1 702 m², situé au cœur de la dynamique zone d’activités du (...)

L’envolée des prix de l’énergie aurait-elle du bon pour notre planète ? Une majorité de Français commence déjà à réduire leur consommation

L’envolée des prix de l’énergie, un mal pour un bien ? La prise de conscience du gaspillage énergétique progresse en France, avec la forte hausse des (...)

N26 valorisée à 9 milliards de dollars après une nouvelle levée de fonds record de plus de 900 millions

Nouvelle levée de fonds historique pour la néobanque N26 de plus de 900 millions de dollars, la valorisation de la banque en ligne N26 dépasse à (...)

Explosion de la dette française : l’endettement public, un problème ou une solution ?

Depuis l’éclatement de la crise sanitaire au printemps 2020, les États se sont massivement endettés pour financer les mesures de soutien à (...)

Monnaie de Paris : Collection Jeux Olympiques 2024, la pièce de 2€ commémorative arrive !

La collection JO 2014 de Paris connaît un franc succès auprès de la Monnaie de Paris. La pièce commémorative de 2€, tirée à 510.000 exemplaires arrive (...)

Bitcoin à plus de 62000 dollars, second opus, octobre rouge : le mea-culpa d’un conseiller financier

Jamais le cours du Bitcoin ne dépassera de nouveau les 60.000$ ! Comment cette chose qui n’a aucune valeur peut avoir un tel prix ? Cet ancien (...)

Tarifs réglementés des tests RT-PCR et antigéniques depuis le 15 octobre 2021 : où dénicher le moins cher ?

Depuis le 15 octobre 2021, sauf pour raison médicale, les tests de dépistage du Covid-19 sont payants. Les personnes majeures non vaccinées et sans (...)

SCPI & OCPI : les souscriptions en forte chute au 3ième trimestre 2021

Selon les indications publiées ce jour par l’ASPIM et l’IEIF, l’engouement pour les SCPI serait en baisse auprès des épargnants. La collecte en SCPI (...)

Finance verte : La Banque Postale, première banque en Europe, à disposer d’une trajectoire de décarbonation validée par la Science Based Targets initiative

La Banque Postale, qui s’est engagée à devenir zéro émission nette à horizon 2040 sur ses activités bancaires, est la première banque européenne et (...)