Crise immobilière en France : et si elle arrivait vraiment avec la remontée des taux d’intérêt ?

L’immobilier est toujours autant sinistré. La baisse des prix devient de plus en plus forte. Même à Paris, les prix commencent leur décrue, sans doute un mal pour un bien, tant les prix sont irrationnels depuis trop d’années. Mais le pire n’est sans doute pas encore arrivé.

Publié le

Baisse des prix généralisée, mais encore de faible ampleurBaisse des prix généralisée, mais encore de faible ampleur

L’indice des prix des notaires d’Ile de France le confirme : les prix sur Paris et l’Ile de France sont tous orientés à la baisse. Une baisse des prix attendue encore sur une bonne partie de l’année. Cette baisse des prix s’effectue dans le calme, et n’a rien d’un krach. Cette baisse est même saine, tant les prix sur Paris et sa proche banlieue sont irrationnels.

Du côté du neuf, des mises en chantier encore en baisse

Les mises en chantier de logements neufs en France ont encore reculé de 9,4% de novembre à janvier sur un an, à 88.200, a annoncé le ministère du Logement ce vendredi. Ce dernier a entièrement révisé sa méthode de calcul. Par type de constructions, sur la période, les mises en chantier de logements ordinaires ont baissé de 8% à 78.800 unités, tandis que celles des logements en résidence (pour seniors, étudiants, de tourisme), un segment du marché plus restreint, résistaient mieux (-1,7%) à 6.800 unités.

Selon les nouvelles statistiques dévoilées vendredi, les mises en chantier des douze derniers mois ont baissé de 11,6% pour s’élever à 352.900 à fin janvier. Le ministère avait initialement annoncé qu’elles étaient passés sous la barre des 300.000 à la fin de l’an dernier.

Une remontée des taux et la crise immobilière arrive pour de bonUne remontée des taux et la crise immobilière arrive pour de bon

Le scénario catastrophe est peut-être sur le point de se dérouler. Avec le frémissement de la reprise, ce n’est pour fin 2015, du moins pour 2016 ou 2017, les prix de l’immobilier en France pourraient bien s’écrouler, cette fois-ci, pour de bon. Tout d’abord la correction à ce jour n’a pas été assez forte. Le cycle haussier des prix a été trop long, les prix restent irrationnels. Ensuite, l’élément même qui a amorti cette baisse des prix est l’augmentation du pouvoir d’achat immobilier des acquéreurs, obtenue par une baisse sans précédent des taux d’intérêts.

Dés lors que les taux reprendront le chemin de la normale, les prix seront de nouveau tirés vers le bas, amplifiant ainsi la baisse déjà amorcée. En effet, le marché de l’immobilier est un marché de tendance. Souvent caractérisée par des cycles de hausses et de baisses alternées, il n’est ni plus ni moins un marché psychologique, souvent auto-prophétique. Si la majorité des Français pensent que le marché va monter, alors il va monter...

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...
Modération à priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

(*): saisie obligatoire

Loi informatique et libertés : Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, sur la page contacter la rédaction, choissisez le sujet "Accèder à l'information vous concernant" dans cette page et envoyez votre demande en ayant pris le soin de saisir correctement votre adresse email.

A lire également