(Taux brut, soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique de 30% (PFU ou Flat Tax), ou sur option, à l'imposition sur vos revenus, ajoutés des prélèvements sociaux.)
(Taux épargne réglementée nets d'impôts et des prélèvements sociaux, taux en vigueur au 1er janvier 2018, jusqu'au 1er février 2020)
(Taux nets après déduction de la Flat Tax de 30% sur les placements épargne logement ouverts après le 1er janvier 2018).

Prélèvement à la source : modulations du taux de prélèvement possibles le 2 janvier 2019, à la hausse, comme à la baisse

Publié le

Modulation du prélèvement à la source, RDV le 2 janvier 201 sur votre espace contribuable

Le Ministre Gérald Darmanin a rappelé que les modulations du taux de prélèvement à la source pouvaient s’effectuer à la baisse en cas de chute de revenus mais aussi à la hausse, ceci afin d’éviter un solde trop important à payer l’année suivante. Cette situation concerne notamment les usagers qui n’étaient pas imposables jusqu’alors et qui le seront en 2019 en raison d’une hausse de leurs revenus, notamment les jeunes actifs. Pour cela, les usagers pourront se rendre à partir du 2 janvier 2019 sur leur espace particulier sur impots.gouv.fr ou appeler la ligne directe Prélèvement à la source afin de procéder à ces changements.

Modulation à la hausse du prélèvement à la source

Le contribuable peut librement choisir de moduler à la hausse le niveau de son prélèvement. A cette fin, il peut choisir d’augmenter :

En pratique, le contribuable peut fournir à l’administration fiscale une estimation de l’ensemble de ses revenus de l’année en cours et une déclaration de la situation de son foyer (cf. III-A § 90), et se voir proposer en retour un taux et/ou des acomptes modulés tenant compte de ces éléments. Ainsi le contribuable détermine librement le taux et/ou l’acompte sous réserve que ce taux ou cet acompte soit supérieur à celui calculé sur la base de la dernière déclaration des revenus connue de l’administration.

Modulation à la baisse du taux de prélèvement à la source

En application du 1 du III de l’article 204 J du CGI, la modulation à la baisse est subordonnée à l’existence d’un écart de plus de 10 % et de plus de 200 € entre :

Exemple : Sur la base de l’estimation de sa situation et de ses revenus par un contribuable, le montant du prélèvement estimé au titre de l’année en cours est égal à 750 € et le montant du prélèvement qu’il supporterait en l’absence de modulation est égal à 1 000 €.

L’écart entre le prélèvement estimé (750 €) et le prélèvement supporté en l’absence de modulation (1 000 €) est égal à 250 € et représente 25 % du montant du prélèvement supporté en l’absence de modulation. Cet écart est donc bien supérieur à 10 % du montant du prélèvement supporté en l’absence de modulation et à 200 €. Ce contribuable est autorisé à moduler à la baisse.

Le respect de cette condition d’écart est vérifié par l’administration sur la base des éléments déclarés par le contribuable.

L’écart entre le prélèvement estimé et le prélèvement qui aurait été supporté en l’absence de modulation est apprécié au regard de l’impôt sur le revenu ; il n’est pas tenu compte des prélèvements sociaux éventuellement dus sur les revenus dans le champ du prélèvement. En revanche, une fois effectuée, la modulation entraîne une mise à jour de l’assiette de l’acompte dû au titre des prélèvements sociaux (cf. I-B § 40).

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également