Une pause s'impose à la bourse de Paris (-0,25%), Wall Street fermé ce jour
©stock.adobe.com

Une pause s’impose à la bourse de Paris (-0,25%), Wall Street fermé ce jour

La Bourse de Paris assurait un intermède lundi matin (-0,25%), après avoir arboré un grand optimisme la semaine dernière, la fermeture des marchés américains promettant une séance calme.

Publié le

La Bourse de Paris marque un intermède (-0,25%)

A 09H47 l’indice cédait 14,7 points à 6.086 points. Vendredi, la cote parisienne avait fini en nette hausse (+1,02%), sur un nouveau record depuis 2007, à 6.100,72 points. Les principaux indices de la Bourse new-yorkaise avaient également franchi de nouveaux records vendredi. "Les marchés européens sont proches de l’équilibre en ce début de semaine mais cela ne devrait pas rester complètement statique toute la semaine", remarque Neil Wilson, analyste pour markets.com.
"La combinaison de l’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis et les premiers éléments allant dans le sens d’un renforcement de la croissance en 2020 (...) tendent à rassurer les investisseurs", note Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Des données macroéconomiques encourageantes ont été publiées vendredi aux Etats-Unis et en Chine. Les mises en chantier de logements aux Etats-Unis ont enregistré une forte hausse (+16,9%) surun mois en décembre, atteignant leur plus haut niveau depuis décembre 2006. En Chine, la croissance s’est stabilisée à 6% au dernier trimestre 2019, un niveau inchangé par rapport au trimestre précédent et conforme aux attentes. "Il faut ajouter aussi à cela un bon début de la saison des résultats aux Etats-Unis qui devrait servir de relais haussier pour les indices boursiers si les prochaines annonces ne déçoivent pas", poursuit-il. "L’enjeu de cette semaine concernera la réunion de la Banque centrale européenne" où il est "probable qu’il sera question de cible d’inflation et aussi d’élargissement du mandat de la BCE en incluant l’aspect changement climatique", souligne M. Dembik. Côté statistiques, les investisseurs devront se contenter d’un seul indicateur, celui de l’inflation en Allemagne pour décembre.

A lire également