Concentrée sur les banques centrales, la Bourse de Paris choisit la prudence (-0,08%)
©stock.adobe.com

Concentrée sur les banques centrales, la Bourse de Paris choisit la prudence (-0,08%)

La Bourse de Paris a ouvertà l’équilibre mardi (-0,08%) pour une séance sous le signe des banques centrales avec un discours attendu du président de la BCE et le début d’une réunion de la Fed.

Publié le

Concentrée sur les banques centrales, la Bourse de Paris choisit la prudence (-0,08%)

A 09H27 , l’indice CAC 40 perdait 4,13 points à 5.386,82 points. La veille, il avait fini en légère hausse de 0,43%.

"Les investisseurs attendent des banquiers centraux américains des indications qu’une baisse des taux est désormais dans les tuyaux ou presque. C’est peut-être un peu optimiste dans l’immédiat malgré la dégradation de certaines statistiques économiques récemment", a observé Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier Aurel BGC.

"Alors que le président (Donald) Trump et son conseiller économique Larry Kudlow pressent l’institution de baisser ses taux directeurs, les derniers indicateurs économiques ne vont pas dans le sens d’une action radicale",a également estimé Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

La Fed réunit pour sa part mardi et mercredi son comité de politique monétaire et pourrait, à cette occasion, préparer le terrain à une prochaine baisse des taux, sans franchir pour autant concrètement le pas. L’institut publiera également mercredi de nouvelles prévisions économiques.

En attendant le verdict de mercredi soir, les investisseurs suivront également le séminaire annuel de la Banque centrale européenne (BCE) sur le thème "20 ans d’Union économique et monétaire" qui se tient à Sintra au Portugal jusqu’à mercredi.

"Les deux rendez-vous à suivre durant la séance européenne ce mardi sont le forum de la BCE à Sintra avec un discours de Mario Draghi attendu en milieu de matinée avant le second tour du vote dans la course à la succession de Theresa May cet après-midi au Royaume-Uni", a ajouté M. Le Liboux.

Boris Johnson, ancien maire de Londres et ex-ministre des Affaires étrangères de Theresa May, est arrivé très largement en tête du premier tour des votes pour l’élection du chef des tories - qui deviendra Premier ministre. Pour continuer lacourse après le deuxième tour mardi, les prétendants devront réunir au moins 33 voix lors du vote dans l’après-midi.

Les tensions au Moyen-Orient alimentaient également la circonspection.

Mardi matin, la Chine a appelé Américains et Iraniens à la retenue, après l’annonce de l’envoi d’un millier de soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient et l’avertissement de Téhéran qu’il franchirait bientôt une limite prévue par l’accord international sur son programme nucléaire

Du côté des indicateurs, la zone euro publiera sa deuxième estimationde l’inflation en mai.

Outre-Atlantique, les mises en chantier de logements pour mai sont également attendues.

 Accor recherché -

En matière de valeurs, Accor prenait la tête de l’indice CAC 40 (+2,37% à 35,44 euros) à la faveur d’un relèvement de sa recommandation par Bernstein à "surperformer".

L’automobile évoluait en ordre dispersé après la petite hausse enregistrée par le marché en mai (+0,1%), la premièreaprès huit mois consécutifs de recul, grâce à une bonne tenue des immatriculations en Allemagne et de bonnes performances de PSA. Le titre perdait 0,24% à 20,78 euros tandis que Renault, dont les ventes ont baissé, gagnait 0,30% à 52,80 euros.

Les fabricants de semi-conducteurs s’enfonçaient. STMicroelectronics perdait 2,35% à 13,74 euros et Soitec 3,51% à 88,05 euros.

Sanofi prenait 0,56% à 75,89 euros. Le premier groupe pharmaceutique français et le géant mondial du numérique Google ont annoncé une nouvelle collaboration sous la forme d’un laboratoire "virtuel" d’innovation, pour développer de futurs médicaments et services en tirant parti des technologies de données.

Kering refluait de 0,30% à 492,75 euros. Le groupe de luxe a annoncé l’arrivée d’un nouveau patron à la tête de la maison italienne Bottega Veneta, Bartolomeo Rongone,qui aura pour mission de redresser une marque en difficulté financière.

Maisons du Monde gagnait 0,44% à 18,13 euros profitant de l’annonce qu’il vise 2 milliards d’euros de ventes annuelles à horizon 2024, soit une croissance d’au moins 10% par an, en misant sur le numérique et l’international.

Euronext reculait de 0,86% à 63,50 euros. Le pacte d’actionnaires de référence, qui détient quelque 23% du capital du groupe a été reconduit pour deux ans.

abx/fka/mcj

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également