Mon Épargne

Cabinet de conseil en gestion de patrimoine, Mon Épargne est à votre écoute pour répondre à tous vos besoins de conseils en investissements financiers, bilan patrimonial, optimisation fiscale.

Besoin de conseils ?

Prenez rendez-vous !

Prenez un rendez-vous, pour une rencontre dans nos bureaux, ou pour un entretien téléphonique, ou par visio (skype ou autre), c'est gratuit et sans engagement.

La Bourse de Paris affiche sa prudence (-0,23%) en attendant la BCE

La Bourse de Paris a débuté en léger recul (-0,23%) jeudi, les investisseurs manifestant un peu de prudence avant l’issue d’une réunion de la Banque centrale européenne (BCE) attendue en début d’après-midi.

Publié le

La Bourse de Paris affiche sa prudence (-0,23%) en attendant la BCE

A 09H10 , l’indice CAC 40 perdait 12,25 points à 5.387,20 points. La veille, il avaitfini en recul de 0,51%.

"Ce jeudi est très chargé. La BoE (Banque d’Angleterre) et surtout la BCE vont communiquer leurs décisions de politique monétaire (ou plutôt leur absence de décisions)", ont souligné les analystes d’Aurel BGC.

Les indicateurs d’activité "PMI préliminaires à l’échelle de la zone euro sont également attendus, de même que le début du Sommet européen de deux jours, qui fera la part belle au Brexit", ont-ils noté.

"Par ailleurs, la réforme fiscale américaine est maintenant proche de son épilogue, sauf coup de théâtre", ont-ils ajouté.

Un accord de principe au Congrès sur cette réforme fiscale et les prévisions de croissance de la Fed ont d’ailleurs assuré la hausse de Wall Street hier soir.

La Banque centrale américaine, qui a relevé comme prévu mercredi soir ses taux d’intérêt pour la troisième fois de l’année, s’attend à une croissance nettement plus soutenue en 2018 et à un taux de chômage tombant sous la barre des 4%.

Passée cette grosse échéance, les investisseurs vont donc maintenant se tourner vers la dernière réunion de l’institution monétaire européennequi ne devrait pas réserver de surprises mais dont les moindres éléments de communication seront disséqués à la recherche de pistes pour 2018.

Du côté des indicateurs, outre les PMI pour décembre en zone euro, sont attendus aux États-Unis les prix à l’importation et les ventesau détail en novembre, ainsi que les demandes hebdomadaires d’allocation chômage.

Avant l’ouverture, la Chine a également publié une série de statistiques, marquées par un léger essoufflement de l’industrie et une consommation qui a résisté en novembre.

La banque centrale de Chine a pour sa part resserré sa politique monétaire pour la première fois depuis mars.

- Secteur automobile bien orienté -

En matière de valeurs, Gemalto prenait 1,28% à 47,60 euros après avoir rejeté l’offre de rachat "non sollicitée et conditionnelle" de 4,3 milliards d’euros présentée par le groupe informatique Atos (-2,24% à 130,75 euros).

Dans le secteur automobile, Renault montait de 0,39% à 85,19 euros et Peugeot de 1,88% à 17,31 euros alors que le marché automobile européen a progressé de 5,9% en novembre. Les immatriculations du groupe PSA ont bondi de 83,3% et celles de Renault ont progressé de 10,1%.

Dassault Aviation perdait 2,34% à 1.319,70 euros dans la foulée de l’annonce de l’abandon du programme d’avion d’affaires Falcon 5X en raison des retards de Safran (-2,40% à 85,51 euros) dans le développement du moteur de l’appareil, et le lancement d’un nouvel avion en remplacement.

Zodiac Aerospace souffrait légèrement (-0,18% à 24,79 euros) d’un chiffre d’affaires en baisse de 10,4% à données publiées au premier trimestre, pénalisé notamment par l’activité de ses branches sièges et aménagement de cabine, malgré des des perspectives confirmées.

Aufeminin bondissait de 22,33% à 38,85 euros à la reprise de sa cotation après l’offre d’acquisition effectuée par TF1 (-0,39% à 12,84 euros) auprès du groupe de médias allemand Axel Springer.

Nexans était pénalisé (-5,49% à 49,01 euros) par un abaissement de sa recommandation à "neutre" par Barclays.

Airbus baissait de 0,30% à 85,99 euros. Le conseild’administration du groupe se réunit jeudi dans une ambiance délétère sur fond d’affaires et de spéculations quant à un départ de son tandem de direction franco-allemand, qui font craindre une déstabilisation du géant aéronautique.

Partouche s’élevait de 1,18% à 31,75 euros profitant d’une activité annuelle en progression de 0,4% à 406,9 millions d’euros, l’exploitant français se félicitant notamment du succès de son établissement en plein air de La Ciotat (Bouches-du-Rhône), ouvert cet été.

abx/tq/ggy

Une question, un commentaire?

Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également