(Taux brut, soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique de 30% (PFU ou Flat Tax), ou sur option, à l'imposition sur vos revenus, ajoutés des prélèvements sociaux.)
(Taux épargne réglementée nets d'impôts et des prélèvements sociaux, taux en vigueur au 1er janvier 2018, jusqu'au 1er février 2020)
(Taux nets après déduction de la Flat Tax de 30% sur les placements épargne logement ouverts après le 1er janvier 2018).

La Bourse de Paris positive (+1,66%) avant le discours du président américain

La Bourse de Paris a clôturé mardi dans l’enthousiasme (+1,66%), saluant la bonne tenue des marchés américains avant un discours important du président Donald Trump.

Publié le

La Bourse de Paris positive (+1,66%) avant le discours du président américain

L’indice CAC 40 a avancé de 83,15 points à 5.083,34 points, dans un volume d’échanges modéré de 3,74 milliards d’euros. La veille, il avait fini en baisse de 0,38%, rompant avec quatre séances d’affilée dans le vert.

La Bourse de New York a débuté de son côté la séance en légère hausse mardi, poursuivant sur sa lancée en pleine saison de résultats.

"Depuis le début de l’année, on sent que les investisseurs ont plus envie de voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide", explique à l’AFP Thierry Claudé, gérant chez Kiplink Finance.

Ils sont aussi confortés par "des résultats d’entreprises plutôt bons, avec de bonnes surprises", et par des chiffres définitifs d’activité aux États-Unis pour janvier "meilleurs qu’attendus", selon lui.

Par ailleurs, comme "il y a eu énormément de casse en 2018, on assiste à un certain rattrapage", estime-t-il.

"Les marchés européens ont étendu leur mouvement de hausse malgré le malaise économique en cours en zone euro", observe de son côté David Madden, analyste pour CMC Markets.

En France, le secteur privé a enregistré son "plus fort recul de l’activité globale depuis novembre 2014" en janvier, en raison d’un fort repli dans le secteur des services.

Au Royaume-Uni, l’activité dans le secteur crucial des services a stagné en janvier, ce qui laisse augurer d’un début d’année poussif pour l’économie britannique confrontée aux incertitudes du Brexit.

La Première ministre britannique Theresa May rencontrera jeudi le président de la Commission européenneJean-Claude Juncker à Bruxelles pour tenter de sauver l’accord de Brexit.

Les acteurs du marché attendaient l’allocution solennelle que le président américain doit prononcer mardi soir devant le Congrès. La veille, Donald Trump a reçu le patron de la banque centrale américaine (Fed) Jerome Powell pour un dîner à la Maison Blanche.

 Le titre Saint-Gobain salué en Bourse -

Sur le terrain des valeurs, Saint-Gobain (+6,33%à 31,68 euros) a été galvanisé par un discours jugé "très rassurant" de son PDG Pierre-André de Chalendar qui a annoncé de grosses transformations, selon M. Claudé.

Alstom s’est octroyé 2,99% à 36,19 euros. La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, "devrait recommander mercredi une décision négative" sur le projet de fusion entre le groupe français et l’allemand Siemens, a reconnu mardi une source du gouvernement français.

Le secteur du luxe a fait un beau parcours avec LVMH en hausse de 3,03% à 291,15 euros, Hermes de 2,69% à 534 euros et Kering de 2,06% à 451,20 euros.

Orpea a bien repris, profitant largement (+7,37% à 92,34 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "acheter" par Kepler Cheuvreux.

Lagardère a avancé de 0,48% à 23,20 euros, dans la foulée de l’annonce de la cession de son sited’actualité boursière Boursier.com et des activités de vente de contenus financiers et d’édition au groupe Les Echos-Le Parisien, dans la continuité de sa stratégie de désengagement des médias.

Sanofi a progressé de 1,03% à 76,84 euros, après l’annonce de résultats positifs d’une première étude clinique de phase III concernant l’un de ses médicaments d’immuno-oncologie en développement, l’isatuximab, dans lequel le groupe place de grands espoirs pour redevenir un acteur de poids dans le traitement du cancer.

Bonduelle a en revanche décroché de 6,90% à 28,35 euros, pénalisé par des ventes en léger recul au premier semestre de son exercice décalé 2018-19, même si le groupe a dit avoir maintenu son objectif annuel de croissance.

pan/tq/eb

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également