La Bourse de Paris refait surface, au lendemain d’un plongeon (+0,88%)

La Bourse de Paris a ouvert en hausse mardi (+0,88%), refaisant surface au lendemain d’un plongeon, une nouvelle fois occasionné par les négociations tendues entre Chinois et Américains en matière commerciale.

Publié le

La Bourse de Paris refait surface, au lendemain d’un plongeon (+0,88%)

A 09H30 , l’indice CAC 40 prenait 46,40 points à 5.308,97 points. La veille, il avait fini en baisse de 1,22%.

"Les marchés tentent de trouver un équilibre. Les États-Unis ont relancé l’escalade, provoquant des représailles de la Chine, ce que Washington ne veut pas accepter, menaçant ainsi Pékin d’une nouvelle salve de droits de douane", a noté Tangi Le Liboux, stratégiste pour le courtier Aurel BGC.

"Les investisseurs conservent une pointe d’optimisme carle dialogue n’est pas rompu" et "Donald Trump continue de vendre une hypothétique rencontre avec Xi Jinping afin d’aplanir le différend entre les deux pays", a-t-il complété.

La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est en effet repartie de plus belle lundi avec l’annonce de représailles chinoises aux droits de douanes américains mais Donald Trump a distillé une note d’espoir en évoquant une rencontre potentiellement "fructueuse" avec son homologue chinois Xi Jinping.

"Nous nous rencontrerons au (sommet du) G20 au Japon", fin juin, a déclaré le président américain, indiquant en outre qu’aucune décision n’était encore prise sur l’éventualité d’imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi totalité des importations venant de Chine.

Pour l’heure, il a chargé son négociateur en chef Robert Lighthizer d’enquêter surl’opportunité de le faire.

Du côté des indicateurs, en Allemagne le taux d’inflation a rebondi à 2% en avril sur un an.

Le baromètre ZEW de la confiance des milieux financiers allemands et la production industrielle en zone euro en mars sont également au programme.

 Retour en grâce -

Sur le terrain des valeurs, la quasi totalité de l’indice CAC 40 évoluait dans le vert.

En rebond, les titres les plus éprouvés par la guerre commerciale occupaient le haut du tableau, à l’instar de STMicroelectronics (+1,76% à 14,42 euros), Valeo (+1,89% à 27,56 euros) ou LVMH (+1,90% à 329,90 euros).

Les banquesprofitaient également d’un contexte plus porteur, Crédit Agricole montant de 2% à 11,49 euros, BNP Paribas de 0,98% à 45,22 euros et Société Générale 0,82% à 25,72 euros.

EDF gagnait 2,67% à 12,48 euros, profitant d’un chiffre d’affaires en hausse au premier trimestre, grâce notamment à de bonnes conditions de marché en France et à l’activité renouvelables, et a confirmé ses objectifs annuels.

Genfit bénéficiait (+3,30% à 20,68 euros) après avoir annoncé pouvoir poursuivre leur essai clinique de phase III très attendu sur la Nash (maladie du foie grashumain) et avoir reconfirmé leur volonté de publier ses premiers résultats fin 2019.

Rubis s’élevait de 0,70% à 46,14 euros en dépit d’un chiffre d’affaires en recul au premier trimestre, notamment pénalisé par la fin d’un contrat d’approvisionnement à la Réunion.

Engiemontait de 0,45% à 13,26 euros, à la faveur de la confirmation de ses objectifs, malgré un excédent brut d’exploitation en baisse de 4,8% pour le premier trimestre.

Trigano s’enfonçait de 4,12% à 74,40 euros. Le groupe a annoncé un bénéfice stable à 72 millions d’euros au premier semestre de son exercice décalé 2018-2019 malgré un contexte de marché contrasté.

abx/tq/nth

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également