(Taux brut, soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique de 30% (PFU ou Flat Tax), ou sur option, à l'imposition sur vos revenus, ajoutés des prélèvements sociaux.)
(Taux épargne réglementée nets d'impôts et des prélèvements sociaux, taux en vigueur au 1er janvier 2018, jusqu'au 1er février 2020)
(Taux nets après déduction de la Flat Tax de 30% sur les placements épargne logement ouverts après le 1er janvier 2018).

La Bourse de Paris se hisse timidement dans le vert en attendant la BCE (+0,23%)

La Bourse de Paris avançait avec précaution jeudi matin (+0,23%), pour débuter une journée qui verra se réunir à la fois la Banque centrale européenne (BCE) et la Banque d’Angleterre (BoE).

Publié le

La Bourse de Paris se hisse timidement dans le vert en attendant la BCE (+0,23%)

A 09H26 , l’indice CAC 40 prenait 12,27 points à 5.344,40 points. La veille, il avait fini en nette hausse de 0,91%.

"La Banque Centrale Européenne (BCE) fera sa rentrée des classes cet après-midi. Si les investisseurs n’attendent pas grand-chose de cette réunion" sur le plan de la politique monétaire, ils pourraient "cependant être très surpris car de nombreux points d’interrogationdemeurent", à commencer par les effets de la guerre commerciale et la situation en Italie, ont estimé les experts de Mirabaud Securities Genève.

Banque d’Angleterre (BoE), Banque centrale européenne et inflation américaine sont sous les projecteurs", a résumé Jasper Lawler, un analyste de London Capital Group

"La journée sera bien remplie pour les traders", avec la réunion de la BCE mais également de la BoE et des chiffres d’inflation aux États-Unis en août, le tout "en l’espace de quelques heures", a-t-il ajouté en notant qu’aucun changement monétaire n’était pour autant attendu.

Pour la BoE, "c’est surtout la tonalité des minutes et du communiqué qui sera examinée avec intérêt", selon lui.

"La Banque centrale turque se réunira aussi aujourd’hui pour décider d’une éventuelle hausse des taux d’intérêt", ont aussi relevé les experts de Mirabaud.

L’économie turque a été secouée ces derniers mois par l’effondrement de la monnaie nationale et les marchés espèrent un relèvement significatif susceptible d’endiguer l’inflation galopante et d’enrayer la chute spectaculaire de la livre.

Du côté des indicateurs, le taux d’inflation en Allemagne s’est bien élevé à 2,0% en août sur un an, soit le même niveau que juillet, tandis qu’en France, les prix à la consommation ont augmenté de 2,3% en août sur un an, un niveau stable comparé à juillet, selon des données définitives,

Outre l’inflation, les demandes hebdomadaires d’allocation chômage sont également à l’agenda aux États-Unis.

 Natixis recherché -

Sur le terrain des valeurs, Natixis prenait 4,40%à 6,03 euros, alors que le groupe bancaire mutualiste BPCE a annoncé vouloir racheter pour 2,7 milliards d’euros son activité de financements spécialisés à sa filiale cotée, lui offrant ainsi les moyens de se renforcer dans la gestion d’actifs.

Le reste du secteur reprenait des couleurs après avoir été mis sous pression la veille, à l’instar de la dette italienne, du fait de nouveaux soubresauts autour du budget du pays. Crédit Agricole prenait 0,15% à 12,11 euros, BNP Paribas 0,38% à 50,79 euros et Société Générale 0,44% à 35,32 euros.

Korian bondissaitde 5,77% à 31,90 euros, bénéficiant du relèvement de ses objectifs pour 2018 après avoir vu son bénéfice net bondir au premier semestre grâce à son plan de relance en France et à l’augmentation de son parc.

A l’inverse, Rubis plongeait de 13,12% à 43,92 euros après des résultats au premier semestre inférieurs aux attentes et l’abaissement par Berenberg de son objectif de cours pour l’action.

Rexel souffrait pour sa part (-1,92% à 13,03 euros) d’un début de suivi de son titre avec la recommandation "sous performer" par Mainfirst.

Akka Technologies profitait (+2,44% à 67,30 euros) d’un bénéfice net semestriel en hausse de 18%, à 20,6 millions d’euros. Le groupe a réaffirmé son ambition de doubler de taille d’ici cinq ans.

Groupe ADP perdait 0,26% à 193,30 euros, malgré l’annonce d’un trafic des aéroports parisiens en haussede 3,5% au cours de l’été, avec 20,6 millions de passagers en juillet et août, ce qui représente un "nouveau record" sur la période.

Advicenne décollait de 7,44% à 13 euros. La biotech nîmoise a dit s’attendre à bénéficier de "plusieurs dizaines de millions d’euros" de paiementsd’étapes et de redevances liées à la prochaine mise sur le marché en Europe d’un médicament pédiatrique qu’elle a développé puis vendu.

abx/soe/mcj

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également