La Bourse de Paris se redresse et ne désespère pas de voir une embellie commerciale (+0,92%)

La Bourse de Paris a débuté en hausse vendredi (+0,92%), ne désespérant pas de voir les négociations entre la Chine et les États-Unis évoluer enfin favorablement au terme d’une semaine éprouvante pour les indices mondiaux.

Publié le

La Bourse de Paris se redresse et ne désespère pas de voir une embellie commerciale (+0,92%)

A 09H17 l’indice CAC 40 gagnait 48,85 points à 5.362,01 points. La veille, il avait fini en nette baisse de 1,93%, totalisant un recul de 4,25% en quatre jours.

"En relevant à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars d’importations chinoises, les États-Unis ont donné le coup le plus violent à leur escalade protectionniste depuis qu’elle aété enclenchée", a noté Tangi Le Liboux, stratégiste pour le courtier Aurel BGC.

"Pourtant l’indice (américain) SP 500 n’a perdu que 0,3% hier. Certes, c’est la 4e séance baissière de rang, mais Wall Street fait preuve d’une complaisance certaine", a-t-il poursuivi.

Et selon lui, "les marchés restent appâtés par la perspective d’un accord prochain entre la Chine et les Etats-Unis alors que rien ne permet franchement de l’espérer à cette date. En soufflant le chaud et le froid continuellement, Donald Trump parvient à maintenir l’espoir".

Malgré la poursuite des négociations, la nouvelle hausse des droits de douane américains sur les produits chinois est entrée en vigueur comme prévu vendredi, entraînant une réplique immédiate de Pékin qui a promis d’imposer ses propres sanctions.

Du côté des indicateurs, l’Allemagne a enregistré en mars un excédent commercial, en hausse sur un mois. En France, la production industrielle s’est repliée de 0,9% pour le même mois, en raison d’une forte contraction dans la pharmacie et la chimie.

L’inflation américaine en avril est attendue dans l’après-midi.

 Les pluséprouvés récupèrent -

En matière de valeurs, les secteurs les plus éprouvés par les craintes commerciales reprenaient des couleurs et faisait la course en tête de l’indice CAC 40.

Pour le domaine technologique, STMicroelectronics gagnait ainsi 2,67%à 15,18 euros.

Côté automobile, Valeo prenait 2,87% à29,41%, Renault 1,76% à 57,20 euros, Peugeot 1,60% à 21,58 euros et Michelin 3,40% à 111,05 euros. Ce dernier profitait en plus d’un relèvement de sa recommandation à "acheter" par Goldman Sachs.

ArcelorMittal, également fragilisé par le contexte tendu entre la Chine et les Etats-Unis, rebondissait de 1,77% à 16,98 euros.

Le luxe profitait de l’embellie, à l’image de LVMH en hausse de 1,69% à 337,45 euros. Kering montait de 1,63% à 509,80 euros, le contexte porteur l’emportant sur l’annonce d’un redressement fiscal record de 1,25 milliard d’euros infligé par les autorités italiennes au terme d’une procédure pour fraude concernant sa marque Gucci.

Natixis grimpait de 2,90% à 5,12 euros dans la foulée de la publication d’un bénéfice net en très forte hausse à 764 millions d’euros, gonflé par la plus-value perçue à l’issue de cette cession interne.

ADP accusait le coup (-7,49% à 156,80 euros) après que le Conseil constitutionnel a donné son feu vert à la proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) de parlementaires opposés à la privatisation d’Aéroports de Paris, ouvrant la voie à la poursuite d’un long processus, inédit, pouvant conduire à la consultation de la population.

Air France-KLM s’élevait de 2,69% à 8,92 euros. Le groupe a annoncé une hausse du nombre de passagers transportés de plus de 9% en avril, sous l’effet de huit jours de grève au même mois l’an dernier chez Air France qui avaient tiré le trafic vers le bas.

Maisons du Monde décollait de 13,12% à 18,45 euros, propulsé par un chiffre d’affaires en hausse de près de 10% au premier trimestre grâce notamment à une performance "solide" en ligne et à l’international.

Showroomprivérefluait de 1,09% à 2,72 euros, affecté par des ventes en repli de 2,3% en raison notamment de l’arrêt de son activité en Allemagne et en Pologne, et malgré une croissance en France.

Iliad bénéficiait (+3,75% à 105 euros) d’un relèvement de sa recommandation à "acheter" par Bankof America.

abx/soe/nth

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également