La Bourse de Paris se relance (+1,02%) à la faveur de la trêve sino-américaine
©stock.adobe.com

La Bourse de Paris se relance (+1,02%) à la faveur de la trêve sino-américaine

La Bourse de Paris se rapprochait de ses plus hauts annuels (+1,02%) lundi, revigorée par la détente des relations commerciales sino-américaines qui s’est dessinée lors du G20, même si aucun accord n’a été conclu, Washington ayant notamment assoupli sa position concernant Huawei.

Publié le

La Bourse de Paris se relance (+1,02%) à la faveur de la trêve sino-américaine

A 09H38 , l’indice CAC 40 gagnait 56,30 points à 5.595,27 points. Vendredi, il avait fini en hausse de 0,83%.

"Les droits de douane supplémentaires imposés en mai par Washington sur les produits chinois n’ont pas été levés, mais de nouvelles surtaxes sont exclues dans l’immédiat", a résumé dans une note Tangi Le Liboux, un stratégiste du courtier AurelBGC.

"La trêve est sans doute fragile, mais elle devrait permettre aux indices de tester leurs sommets de part et d’autre de l’Atlantique", a-t-il complété.

Donald Trump et Xi Jinping ont évité le pire en décrétant samedi une trêve dans leur guerre commerciale lors du sommet du G20 d’Osaka, mais cette reprise du dialogue entre les deux premières économies mondiales n’est assortie d’aucun calendrier.

Le président américain a indiqué qu’il n’entendait "pas ajouter" de tarifs douaniers sur les importations venant de Chine, ni en supprimer, "au moins pour le moment".

Un conseiller économique de Donald Trump, Larry Kudlow, a en outre estimé dimanche qu’il y avait de "bonnes chances" que les entreprises américaines se voient accorder des licences pour vendre des produits à Huawei, géant technologique chinois au coeur des tensions commerciales entre Pékin et Washington.

"Les attentes étant faibles concernant le G20, l’absence d’accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis n’a pas été sanctionnée", a estimé de son côté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

"Les intervenants de marché avaient conscience que la rencontre entre Trump et Xi, de moins d’une heure trente, n’avait pas vocation à régler les nombreux points de dissension entre les deux parties mais plutôt à renouer le dialogue au plus haut niveau et à acter une trêve", a-t-il ajouté.

Donald Trump a en outre de nouveau écrit une page d’histoire dimanche avec la Corée du Nord en devenant le premier président des Etats-Unis à fouler le sol de ce pays, lors d’une rencontre avec Kim Jong qui a permis de réamorcer les discussions sur le programme nucléaire de Pyongyang.

Du côté des indicateurs, l’activité manufacturière en Chine s’est nettement contractée en juin, selon un indice indépendant publié lundi, au moment où les tensions commerciales entre Pékin et Washington s’exacerbaient sur fond de nouvelles surtaxes douanières réciproques.

Pour sa part, le marché automobile français a baissé de 8,4% sur un an en juin (mois comprenant deux jours ouvrés de moins que l’an dernier), selon des chiffres bruts du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA) publiées lundi.

Dans l’Hexagone toujours est attendule PMI manufacturier calculé par le cabinet IHS Markit tandis qu’en zone euro, la BCE doit publier l’évolution des crédits au secteur privé et de la masse monétaire M3.

Aux Etats-Unis, l’indice d’activité manufacturière ISM pour juin complètera l’agenda.

L’Opep et ses alliés, menés par la Russie, vont par ailleurs se retrouver lundi à Vienne, où ils devraient maintenir le cap des limitations de production de pétrole après un accord en ce sens - dont l’Iran a dénoncé le caractère unilatéral - conclu par le tandem désormais incontournable formé par Moscouet Ryad.

 Le SBF 120 se teinte de vert -

En matière de valeurs, quasiment la totalité du SBF 120 s’affichait en progression.

STMicroelectronics bondissait de 5,96% à 16,53 euros, profitant de l’apaisement des tensions commerciales sino-américaines, dont le secteur des semi-conducteurs a pâti ces derniers mois. Soitec progressait pour sa part de 4,05% à 100,20 euros.

Les titres liés aux matières premières, également en première ligne du conflit commercial sino-américain, montaient également, à l’instar de Vallourec (+3,40% à 2,61 euros), ArcelorMittal (+3,57% à 16,30 euros), Eramet (+4,00% à 60,80 euros)ou encore TechnipFMC (+2,79% à 23,23 euros) et CGG (+2,33% à 1,69 euro).

Le géant européen de l’acier ArcelorMittal a en outre annoncé lundi avoir cédé pour 740 millions d’euros d’actifs au britannique Liberty House, dans le cadre d’un plan de cessions proposé en 2018 à la Commission européenne après le rachat du groupe sidérurgique italien Ilva.

Le secteur pétrolier bénéficiait en outre du net rebond du cours du baril de pétrole américain WTI après l’annonce d’une entente entre la Russie et l’Arabie saoudite pour limiter leur production de pétrole, et alors que le sommet de l’Opep se tient ce lundi.

Les valeurs automobiles étaient également bien orientées en dépit du recul des immatriculations des constructeurs français en juin (-11,3%).

Faurecia progressait de 2,18% à 41,70 euros, Plastic Omnium de 3,05% à 23,63 euros, Michelin de 3,00% à 114,90 euros tandis que Peugeot (+2,12% à 22,13 euros) et Renault (+1,68% à 56,22 euros) s’appréciaient également.

Latécoère s’envolait de 32,06% à 3,79 euros après que le fonds d’investissement Searchlight a annoncé vendredi soir son intention de lancer une offre publique d’achat (OPA) amicale sur l’équipementier aéronautique dont il détient déjà 26% du capital.

jra/fka/spi

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également