(Taux brut, soumis au Prélèvement Forfaitaire Unique de 30% (PFU ou Flat Tax), ou sur option, à l'imposition sur vos revenus, ajoutés des prélèvements sociaux.)
(Taux épargne réglementée nets d'impôts et des prélèvements sociaux, taux en vigueur au 1er janvier 2018, jusqu'au 1er février 2020)
(Taux nets après déduction de la Flat Tax de 30% sur les placements épargne logement ouverts après le 1er janvier 2018).

La prudence s’installe à la Bourse de Paris en attendant la BCE (-0,39%)

La Bourse de Paris a ouvert en recul mardi (-0,39%), gagnée par la prudence avant une réunion de la BCE, avec des investisseurs à l’affût de détails sur les mesures prévues pour les banques.

Publié le

La prudence s’installe à la Bourse de Paris en attendant la BCE (-0,39%)

A 09H09 , l’indice CAC 40 refluait de 21,42 points à 5.450,36 points. La veille, il avait fini à l’équilibre (-0,08%).

Les places européennes sont "dans l’attente de la réunion de la BCE, de la publication des minutes de la Fed et du lancement de la période des résultats d’entreprises" aux Etats-Unis, ont relevé les experts de Mirabaud Securities Genève.

Selon eux, "la réunion de la BCE de demain pourraitdonner un nouveau coup de fouet au secteur bancaire".

"En effet, l’évocation de deux éléments pourrait alimenter la thématique. Tout d’abord le marché attend des précisions de la part de Mario Draghi" au sujet de la nouvelle série de prêts géants (TLTRO) annoncé lors de la précédente réunion, ont-ils développé.

Ensuite, ont-ils ajouté, le président de l’institution, Mario Draghi devra s’exprimer sur ses déclarations du 27 mars, quand il avait déclaré que Francfort réfléchissait à des solutions pour limiter l’impact des taux négatifs sur les banques.

Les investisseurs continueront à suivre la saga du Brexit alors que Theresa May se rend mardi à Berlin puis Paris à la veille d’un sommet européen crucial où elle plaidera pour un report du divorce auprès des dirigeants européens afin d’éviter une sortie brutale de l’Union européenne le 12 avril.

Du côté des indicateurs, l’agenda est peu étoffé, avec les défaillances d’entreprises en France en février et l’étude trimestrielle sur la distribution de crédit bancaire en zone euro.

 Airbus pénalisé -

Sur le terrain des valeurs, Airbus fermait la marche sur l’indice CAC 40, avec un recul de 1,92%à 118,42 euros alors que Washington a haussé le ton face à l’Union européenne lundi en menaçant d’imposer des hausses de taxes douanières à Airbus si Bruxelles ne met pas un terme à certaines subventions au constructeur aéronautique.

Société Générale reculait pour sa part de 0,43% à 26,41 euros, après l’annonce de la suppression de 1.600 postes dans le monde, dont environ 750 en France, souhaitant notamment réduire la voilure dans ses activités de marché.

Renault baissait de 0,66% à 61,29 euros. Son ancien patron Carlos Ghosn a clamé son "innocence" dans une vidéo diffusée mardi et enregistrée avant son arrestation le 4 avril sur de nouveaux soupçons de malversations financières, accusant des dirigeants de Nissan de "trahison".

TechnipFMC profitait (+0,45% à 22,56 euros) de l’annonce d’un "contrat significatif" auprès de Total pour la fourniture d’équipements pour le champ pétrolier offshore de Lapa situé au large de Rio de Janeiro, au Brésil.

Total faisait de son côté du surplace (+0,06% à 50,63 euros). Le groupe a signé un protocole d’accord avec le sultanat d’Oman en vue d’obtenir un permis d’explorationdans le gaz naturel. Il fait également partie des bénéficiaires avec ExxonMobil et Oil Search d’un accord sur un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) à plusieurs milliards de dollars signé avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Sanofi perdait 0,56% à 78,05 euros, dans la foulée de l’annonce de la fin de la phase "recherche" de son partenariat entamé en 2014 dans les maladies génétiques rares avec l’américain Alnylam, lequel a aussitôt annoncé un nouveau partenariat d’ampleur avec son compatriote Regeneron.

abx/ef/shu

Une question, un commentaire? Publiez votre commentaire ou posez votre question...

A lire également