Tempête sur les marchés boursiers : faut-il acheter de l'or ?
©stock.adobe.com

Tempête sur les marchés boursiers : faut-il acheter de l’or ?

C’est un préjugé tenace, mais l’or, dans la plupart des esprits, conserve encore son statut de valeur refuge. Un statut perdu depuis longtemps pourtant, avec la fin de l’étalon-or, à la fin dans la fin des années 1970. L’or, valeur refuge, reste à ce jour, juste un usage de marché, qui plus est, en perdition. Ces usages sont nombreux, et tout aussi irrationnels les uns que les autres. L’or n’est en rien une valeur refuge, mais reste traditionnellement recherchée en cas de fortes incertitudes sur les marchés financiers. Le Yen, devise japonaise, tient de son côté un rôle bien plus fort et réel de valeur refuge, mais reste la botte secrète des investisseur avertis.

Publié le

Les épargnants sécuritaires ou prudents passeront leur chemin... Valeur refuge ne veut pas dire absence de risques

Investir sur l’or ne convient pas aux épargnants aux profils de risque sécuritaire ou prudent. L’or est un actif, physique ou financier, dont la cotation peut chuter, même en cas de fortes baisses des marchés financiers. L’or n’est pas un instrument de couverture des risques financiers. Il est donc totalement irrationnel d’investir sur l’or lorsque l’on est averse aux risques financiers.

Marchés boursiers en proie à une chute sévère, faut-il acheter de l’or ?

Évolution du cours en USD d’une once d’or depuis début 2018
Copie écran TradingView

L’or a une double casquette : c’est à la fois le métal précieux et une matière première. Si l’utilisation d’or dans les différentes industries (bijoux, électronique, etc.) est en augmentation, peu ou proue selon le niveau de l’économie mondiale, son cours est soumis à des fortes variations spéculatives. L’or, qu’il soit physique ou financier, est principalement côté en dollar américain. L’once d’or subit donc les aléas des marchés financiers, comme tout actif. De plus, pour les investisseurs dont la devise de référence est l’euro, cet actif subit un risque de change, EUR/USD. Il suffit de scruter la valorisation de l’once d’or en dollar américain, pour s’apercevoir que, comme valeur refuge, c’est un piètre rempart. Au 12 novembre 2018, l’once d’or est du reste en forte baisse, tout comme indes principaux indices boursiers, en proie à des craintes importantes.

Faut-il jouer un rebond de l’or ?

Maintenant que les choses sont claires. Les spéculateurs, et non pas les épargnants averses aux risques, auront sans doute l’opportunité de miser sur un rebond des cours de l’or. Pourquoi ? L’usage du marché, un quasi réflexe, tout aussi irrationnel soit-il, est d’investir sur l’or lorsque les marchés financiers sont en proie aux doutes. Mais attention, les contre pieds sont légion sur les marchés en ce moment. En cas de dissipation des craintes sur les marchés (Brexit, convergence des taux d’américains US et UE, etc.), le cours de l’or pourrait bien s’effondrer tout aussi rapidement qu’il peut grimper. Preuve qu’une "valeur refuge" peut-être tout aussi risquée que n’importe quel actif.

L’or est un actif qui ne rapporte rien !

L’or n’est pas comme une action, ou une obligation, ou n’importe quel instrument de taux d’intérêt. Une action peut verser des dividendes, les obligations versent des coupons, mais l’or ? Rien. Sa seule possibilité d’accroissement de richesse est la hausse de son cours. Autant dire que si les taux d’intérêts grimpent, comme cela semble se dessiner, le cours de l’or devrait s’effondrer, car les investisseurs vont préférer placer leur capital contre rémunération plutôt que de le laisser dormir. L’investisseur long terme sur l’or doit donc anticiper que les taux d’intérêts resteront bas.

De l’or ? Jamais plus de 5% dans son portefeuille, actif spéculatif

Il est toujours bien d’avoir un portefeuille d’actifs diversifiés, mais encore faut-il ne pas trop s’exposer. Concernant l’or, 5% de son portefeuille, en actions de mines, de métal ou de trackers est suffisant. Plus, serait prendre des risques importants. D’autres usages de marché font apparaître la devise japonaise comme étant une valeur refuge. En cas de troubles sur les marchés financiers, le Yen est donc davantage recherché que l’or. L’investissement sur une devise face au yen n’en est pas moins risqué.

Placement OR, physique ou or papier ?

L’achat d’or physique est affectif, car financièrement l’intérêt est plus que limité. Sa détention pose souci (un coffre à la banque ? une assurance ?), et sa revente jamais acquise. Donc à éviter.

L’or papier, sous forme d’EFT (trackers) est bien plus facile à détenir. Il suffit de passer des ordres boursiers pour investir sur l’or, à la hausse ou à la baisse. Les ETF sont ETFS Physical Gold, Gold Bullion Securities ETC ou encore ETFS Gold ETC. Ces instruments financiers sont très volatils et peuvent ne pas suivre l’évolution du cours de l’or, en cas de manque de liquidité sur le marché. En clair, en cas de krach, l’investisseur peut se retrouver avec des pertes supérieures que celles qu’il aurait subi avec la détention d’or physique.

L’investissement sur des actions de mines d’or peut être également une piste. Les détails dans notre dossier sur le placement sur l’or.

Enfin, pour les aficionados de la détention d’or physique, pensant qu’il s’agit là de la protection ultime contre la faillite de notre système financier, il convient de réfléchir comment ils pourraient faire pour l’échanger par la suite contre d’autres biens et services. Le jour où l’on ira payer sa baguette de pain avec des microgrammes d’or risque d’être palpitant...

A lire également