Épargne retraite : faut-il souscrire un PER individuel ?

Épargne retraite : faut-il souscrire un PER individuel ? © Mon-epargne.com

Épargne retraite : faut-il souscrire un PER individuel ?

Nouveauté 2019 issue de la loi PACTE, le PER remplacera définitivement dès octobre 2020, sous trois déclinaisons, l’ensemble des produits d’épargne retraite supplémentaire existants. Dotés de nouveaux avantages, mais également de d’inconvénients, la question est de savoir s’il ne vaut pas mieux souscrire les produits existants dans leur version actuelle ou de souscrire à ces nouveaux PER.

Publié le

Évidemment, comme tous les articles dont le titre commence par Que faut-il penser de... Ou Que vaut... Ou faut-il souscrire... Chacun doit avoir son libre-arbitre. Loin de vouloir imposer une quelconque pensée absolue, et donc de priver chacun d’avoir sa propre opinion... Toujours est-il que mon opinion vous est livrée dans cet article. Le maître mot est : pas de précipitation ! Tant que la loi de finances 2020 n’est pas définitivement promulguée, on ne touche à rien.

Le PER est avant tout un produit d’épargne retraite !

C’est juste consternant de lire autant d’inepties dans les colonnes de médias financiers. Le PER, à peine lancé, fait déjà l’objet de toutes les critiques. A l’instar du PERP. Le PER est un produit d’épargne retraite. Son objectif est donc de fournir soit un capital, ou soit une rente lors de son départ en retraite. Le PER Individuel ne permet donc logiquement pas de transmettre un capital financier, ni de financer, dans de bonnes conditions sa résidence principale. C’est assez logique puisque c’est un produit épargne pour sa retraite... Mais comme tout le monde a pris l’habitude de faire un peu tout et n’importe quoi avec l’assurance-vie, le moindre produit financier est comparativement décrié.

Les caractéristiques des PER

Épargnants non imposables sur le revenu, passez votre chemin...

Le PER, tout comme le PERP, permet de bénéficier d’un avantage fiscal lors du versement volontaire. L’épargnant peut alors choisir d’en bénéficier ou pas. En cas d’option, une réduction de son assiette de revenu imposable équivalente à ses versements (sous conditions de plafonds) est applicable. Attention, lors d’un retrait en capital (quelque soit la raison), le capital reversé d’un PER sera imposable sur le revenu (dès le 1er euro, sans abattement de 10%), s’il a fait l’objet d’une remise fiscale lors du versement (ce qui n’est pas le cas avec les 20% de capital reversé d’un PERP !).

Épargnants imposables sur le revenu, visant une sortie en rentes viagères, PER utilisable, mais loin d’être optimal

Comme vous le savez sans déjà, les rentes viagères sont imposables, soit à titre gratuit ou à titre onéreux. Le PER n’est donc pas un produit financier à choisir afin d’opter pour une rente viagère. De même l’assurance-vie n’est pas le bon cheval. Le seul produit financier qu’il convient de choisir dans ce cas est le PEA. Le PEA étant le seul placement financier permettant une sortie du capital en rentes viagères nettes d’impôts. L’idée est donc bien de prendre date sur un PEA et de verser le capital issu d’un contrat d’assurance-vie par exemple (avec utilisation des abattements), afin de le convertir en rentes viagères.

Épargnants imposables sur le revenu, visant une sortie à 100% en capital

Les épargnants souhaitant bénéficier de l’attrait fiscal (mais attention, cumulable avec l’ensemble des autres produits épargne retraite) et anticipant une réduction de leurs revenus lors de leur départ en retraite peuvent avoir avantage à souscrire ce produit, en prenant garde aux frais. L’imposition du capital en sortie du PER reste tout de même difficilement acceptable. Il faut anticiper une chute de revenus lors de l’arrivée en retraite, avant de débloquer son PER, histoire de "gagner" quelque peu sur la fiscalité. Les produits du PER individuel seront soumis de leur côté à la flat tax.

PER Individuel - Conclusion

Le PER est un produit dédié à l’épargne retraite, et uniquement à l’épargne retraite. Ce produit peut convenir aux épargnants imposables sur le revenu, dont l’objectif est une sortie en capital lors de leur retraite. Fiscalement, l’opération sera neutre (le gain fiscal à l’entrée étant perdu à la sortie). La gestion pilotée à horizon équipe bon nombre de contrats d’assurance-vie et/ou est facile à mettre en place. Le PER n’apporte donc rien d’innovant sur ce point.

Astuce : pour les épargnants n’ayant pas respecté les règles imposées par Bercy en 2018 pour l’année blanche fiscale, souscrire un PER leur permettra tout de même de bénéficier d’une réduction de leur assiette imposable.

1  commentaire

Un message, un commentaire ?

Une question, un commentaire ? Publiez votre commentaire ou posez votre question...
Modération à priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

(*): saisie obligatoire

Loi informatique et libertés : Vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent (art. 34 de la loi "Informatique et Libertés"). Pour l'exercer, sur la page contacter la rédaction, choissisez le sujet "Accèder à l'information vous concernant" dans cette page et envoyez votre demande en ayant pris le soin de saisir correctement votre adresse email.

A lire également